La croissance viendra du digital

  • De Bernard Gauvignon
  • Le 9 février 2017

Depuis déjà quelques années, nous vivons une accélération de l’utilisation de l’informatique dans notre vie de tous les jours. La révolution digitale ne connaît pas de limites. Qu’il s’agisse de trouver le restaurant le plus proche, l’itinéraire le plus rapide ou une nounou pour garder les enfants. La consommation des applications dédiées fait partie de notre quotidien. Ce mouvement de consumérisation de l’informatique touche tous les secteurs d’activité et toutes les couches sociales de la population.

Les directions générales semblent vouloir adopter une stratégie volontariste en matière de développement numérique. Après une période où la consommation des usages numériques par le grand public a explosé alors que les entreprises avaient du mal à mettre le digital au cœur de leur stratégie. Il semble que les choses soient en train de changer.

L’explosion du e-commerce en est l’un des exemples les plus représentatifs. C’est de très loin le canal de vente qui s’est le plus développé dans notre société connectée. Après les applications e-commerce disponibles sur internet, est venu le temps des applications sur smartphones. Toutes les enseignes disposent maintenant d’Applications sur mobile.

Cette technologie mobile mise en place par les industriels du Retail leur a fait franchir un pas supplémentaire. Le mobile est devenu non seulement un outil d’achat en ligne mais c’est aussi un espace d’accueil d’information. Les consommateurs vont pouvoir se renseigner sur d’autres produits, commander des produits indisponibles ou avoir de l’information sur tous les services du fournisseur. Ils peuvent également se renseigner sur les points de vente physiques (9 achats sur 10 se font encore en magasin). Cette omniprésence du Digital, de la prise de contact avec le produit jusqu’à l’achat et la livraison, préfigure de l’évolution que vont connaître les entreprises dans tous les domaines.

La révolution digitale : opportunité ou menace ?

Le mouvement s’est engagé assez largement au sein des entreprises françaises. Selon le baromètre 2016 Croissance et Digital, près de 85 % d’entre elles déclarent avoir amorcé une transformation digitale. Par ailleurs, 58 % ont une transformation en devenir. Quelles sont les motivations qui les encouragent à s’engager sur la voie de la transition numérique ? D’après cette enquête, c’est principalement une meilleure réactivité (pour 60% d’entre elles) et une compétitivité et une agilité améliorée (pour 54%). Le frein principal étant toujours la résistance au changement. Sans parler de la pénurie de compétences numériques et une conjoncture économique pas toujours propices aux investissements.

Révolution digitale

La révolution digitale pour les ressources humaines

Les entreprises les plus avancées sur le chemin de la digitalisation ont quatre fois plus de chances de connaître une croissance que les autres. Comme le montre une étude du Gartner en 2017 intitulée « l’heure de la ténacité digitale ». Ainsi, il est nécessaire d’ancrer le numérique dans la stratégie mise en place par les entreprises.

L’adage selon lequel il faut sans cesse être en croissance pour continuer à exister est plus que jamais d’actualité. Selon cette même étude, la priorité numéro une des entreprises est bien la croissance du CA. Les directions informatiques sont conscientes des enjeux. Les nouveaux outils mis à leur disposition (Big Data, SaaS, objets virtuels) doivent leur permettre de prendre ce virage en structurant des fondamentaux solides et évolutifs. A elles de faire les bons choix pour que le Directeur informatique devienne un véritable « fournisseur d’innovations »

Dans le domaine des Ressources Humaines, nous sommes également entrés de plein pied dans cette transformation digitale.  Matching numérique, réseaux sociaux, recrutement mobile, Cloud, jobboards, sourcing, Twitter, décisionnel RH, portails font partie du quotidien.  Autant d’innovations qu’il faut appréhender et sur lesquelles il faut s’appuyer pour développer une gestion des Talents et des Ressources Humaines performante. Les éditeurs de logiciels RH, doivent ainsi s’adapter en fournissant applications, services, expertises et infrastructures complètement en phase à cette nouvelle donne.